Bouddhisme

Meditation

Lâcher prise

Lâcher prise, c’est se jeter dans le vide

Quand on parle de lâcher prise, formule à la mode, on imagine une forme d’abandon, de laisser-aller. On appelle souvent cela : « être zen ». Mais en réalité le lâcher-prise, comme la pratique du zen, demande une grande vigilance, car nous ne sommes pas habitués à ne pas penser, à ne pas bouger, à ne rien regarder, rien écouter, rien faire.  Se dire « n’y pense plus » c’est encore penser. Se retenir d’agir, c’est encore agir. Alors, comment lâcher-prise ?

Eveil Meditation

Ouvrir les yeux

L’éveil, c’est ouvrir les yeux

Zazen, contrairement à d’autres formes de méditation,  est une pratique dans laquelle il n’y a ni objet – réel ou imaginaire, que ce soit  la flamme d’une bougie, une image ou  son propre corps–, ni sujet pour les observer, mais une attention à soi dans sa globalité, à la fois présence et vacuité, vision intérieure et extérieure, unie dans une perception commune. Pour cette raison, zazen se pratique les yeux mi-clos et non fermés. Même si l’on médite assis devant un mur, on reste conscient de son extériorité et du monde qui nous entoure.

Conscience Meditation

Prendre conscience

“Le monde est lié à l’illusion et l’esprit puéril ne perçoit pas sa nature propre.” Saraha

Ce qu’en occident nous appelons la conscience, c’est notre capacité à nous penser et à penser le monde. Nous nous identifions à l’idée que nous nous faisons de nous, des autres, du monde. De la somme de ces idées, nous créons notre moi et, comme le dit Bouddha “nous créons notre monde”.

Eveil Meditation

Méditer comment ?

” Sois toi-même ton propre refuge. Sois toi-même ta propre lumière.” Bouddha

Dans l’esprit de beaucoup de gens, pour pratiquer la méditation il faut se tenir à l’écart du monde, à l’abri de l’agitation et des émotions de la vie courante, s’isoler. Certains vont même jusqu’à se retirer dans un temple ou un monastère… Mais on n’est pas obligé de devenir moine ou none pour pratiquer zazen, heureusement !

Meditation

Mushotoku c’est la base du zen

 

Il n’existe qu’un chemin, c’est l’espace qui sépare nos deux pieds au milieu du vide

Mushotoku est un principe essentiel de la méditation zen. Il se traduit par « sans but et sans recherche de profit ». Sans mushotoku, il ne peut y avoir réellement de méditation.

Si vous vous fixez un but, si vous attendez un profit pour vous, par exemple devenir meilleur, ou plus heureux, vous embarquez l’ego dans la méditation. Vous allez immanquablement vous juger, vous comparer, élaborer des stratégies pour réussir.

Conscience Meditation

L’esprit neuf

Esprit neuf, esprit zen, dit Maitre Shunryu Suzuki, en titre d’un de ses livres.

A longueur de journées nous recyclons nos souvenirs, nous les réactualisons et les projetons dans notre futur. De ces souvenirs jaillissent nos pensées : nos jugements, nos opinions, nos regrets ou nos espérances…Nous ne nous laissons jamais le temps d’avoir conscience de l’instant.

Interdépendance Meditation

La vie est interdépendance

“Rien n’existe jamais indépendamment du reste. Tout est en lien avec tout. ” Bouddha

Dans ce monde rien n’existe par soi-même, du simple caillou aux êtres vivants. Ils sont tous le résultat d’une interaction, l’effet d’une cause. Je suis né de l’union de mes parents. Tout ce qui m’a nourri physiquement et culturellement, ce qui m’a fait grandir, ce qui m’a fait aimer, ce que j’ai trouvé beau ou laid, bon ou mauvais, est le fruit de ma rencontre avec les autres et le monde extérieur.

Meditation

Etre présent

“Les jours s’en vont et je demeure”. Guillaume Apollinaire

Être présent, c’est retrouver son unité

Pourquoi insiste-t-on toujours dans la méditation sur la présence à l’instant : « être ici et maintenant » ? Simplement parce qu’être présent, c’est forcement ne faire qu’un. Il n’y a pas celui qui physiquement est là, et celui qui est ailleurs par la pensée, dans un autre lieu, une autre époque, avec d’autres personnes…

impermanence Meditation

Accepter l’impermanence

Accepter l’impermanence, c’est le premier pas vers la sagesse.

Rien en nous n’est stable et permanent. Notre corps est en perpétuel mouvement, en évolution constante, jusque dans la moindre cellule. Nos pensées changent sans cesse, passent de l’une à l’autre, se contredisant parfois en l’espace de quelques secondes. Nos émotions naissent et meurent aussi vite, nos sentiments évoluent avec le temps, nos jugements aussi…

Meditation Unité

Ne faire qu’UN

 Gasho, c’est l’unité.

Avant de démarrer sa méditation, et quand on la termine, il est de tradition de faire Gasho. On salue en portant ses deux mains jointes à hauteur du visage, les coudes à l’horizontale, en se concentrant sur le contact des deux mains. Ce contact, cette jointure, c’est le symbole de l’unité.