Conscience Meditation

Voir la lumière

Regarder un tableau de Soulages, ce n’est pas regarder une toile, c’est voir la lumière.

Quand on se trouve en face d’une des œuvres ” outrenoir ” de Pierre Soulages, on réalise que ce n’est pas la toile que l’on voit réellement, mais la lumière qui s’y reflète. C’est nous, spectateurs, qui en déplaçant notre regard créons le tableau. Soulages sculpte la lumière et offre généreusement à chacun de nous la possibilité de recréer son œuvre à l’infini.

On doit méditer comme on regarde un tableau de Soulages. Il faut cesser de regarder la toile pour voir la lumière.

Voir sans regarder

Regarder, c’est se fixer sur un objet, qu’il soit physique ou mental. C’est réduire l’espace illimité de nos perceptions, de nos sensations, de nos pensées, à un contour, à une forme. La lumière n’a pas de limite ni de forme propre, elle prend la forme de l’objet dans lequel elle se reflète. Car ce n’est pas le monde réel que nous voyons, comme nous le croyons trop souvent – cette illusion est la cause de bien de malheurs –, mais la lumière qui se réfléchit dessus.

Il en est de même de notre conscience. Notre représentation du monde, c’est le reflet de la réalité dans notre conscience. L’objet doit se réfléchir dans la conscience pour apparaître, de la même façon que nous ne pouvons voir notre visage, mais seulement son reflet dans le miroir. Cet espace insondable entre le reflet et la réalité est Ku, la vacuité.

La création des objets

Pour regarder, il faut créer un objet à regarder. Ce que nous percevons n’est pas l’objet lui-même, c’est un flux de perceptions visuelles, sonores, olfactives, tactiles que notre cerveau interprète. Les formes, les couleurs, les sons, les odeurs, les goûts n’existent pas dans la nature. Ce ne sont que des ondes, des particules, des molécules…

L’objet est ce que notre conscience choisit de voir, ce que Husserl appelle  “l’intentionnalité de la conscience” (voir rubrique A lire : Méditations cartésiennes).  En simplifiant et pour le dire de façon plus prosaïque, nous ne voyons que ce que nous voulons voir. Plus qu’un concept philosophique, c’est une évidence que nous constatons chaque jour…

Les constructions mentales

Chaque objet est une construction mentale. L’image de l’arbre qui se reflète dans ma rétine ne devient arbre qu’à partir du moment où j’ai choisi de l’isoler de reste du monde, que j’en ai défini les contours, que je l’ai reconnu et nommé. L’objet « arbre » n’existe que dans mon esprit. Nous créons nous-mêmes les objets que nous observons. Ce que je vais partager en communicant avec les autres, ce n’est pas l’objet “arbre”, mais son concept, son image symbolique. Chacun les remplira de l’objet qu’il se sera construit.

En réalité tous les objets sont des constructions mentales. Certains sont des représentations forgées à partir de nos perceptions et de nos sensations, d’autres directement  à partir de nos pensées. Parmi les milliers de pensées qui traversent notre esprit, celui-ci va se fixer sur certaines d‘entre elles et les faire apparaître dans notre champ de conscience. Ce sont nos souvenirs, nos projets, nos croyances, nos opinions, l’idée que l’on se fait des choses…, et par un mouvement intérieur de saisie, d’appropriation, nous nous y attachons. Ils provoquent dans notre corps des sensations et des émotions comme si ces objets étaient bien réels, et nous nous identifions à eux au point de les appeler « moi ».

Le regard neuf

Méditer, c’est retrouver un regard neuf. Un regard qui voit la lumière et non l’objet qu’elle fait apparaître.

Voir la lumière c’est réaliser l’illusion de ce que nous appelons « la réalité », non parce que le monde réel n’existe pas, mais parce que nous ne le connaissons qu’à travers nos perceptions, nos sensations et nos constructions mentales. Le monde tel que nous le percevons et que nous nous le représentons n’existe qu’en nous-mêmes.

Quand on médite, quand l’esprit ne s’attache à aucune pensée, aucune sensation, ne saisit ni ne rejette rien, ne s’identifie à rien, on retrouve une conscience pure, avant que cette conscience ne se fixe sur quelque chose pour devenir objet. Cet état de conscience, c’est l’esprit large, celui qui ne cherche pas à limiter la réalité à des formes préétablies, à des concepts, à des catégories…

Les yeux ouverts

En zazen, on garde les yeux ouverts non pour regarder quelque chose – de même qu’on ne ferme pas les yeux pour se fixer sur une image mentale –, mais juste pour voir ce qui est. Capter la lumière avant que l’objet ne s’y reflète, que nous donnions une forme, un nom à ce que nous percevons, avant que l’ego s’en empare et transforme par la pensée ce qui est “en soi” en ce qui est “pour moi”.

Cette conscience est comme la lumière. La lumière est partout. Elle éclaire tout le monde de la même façon et chaque être vivant sur terre, plantes, animaux et humains, porte en lui une part de son énergie. Sans conscience comme sans lumière, rien ne nous serait donné à voir.

Pas de commentaire

Laissez votre avis