Meditation Unité

L’unité : ne faire qu’UN

 Gasho, c’est l’unité.

Avant de démarrer sa méditation, et quand on la termine, il est de tradition de faire Gasho. On salue en portant ses deux mains jointes à hauteur du visage, les coudes à l’horizontale, en se concentrant sur le contact des deux mains. Ce contact, cette jointure, c’est le symbole de l’unité.

L’unité en soi

Il faut d’abord faire l’unité en soi. Les bras se referment, formant une boucle laissant l’énergie circuler sans déperdition, sans obstacle. On reprend contact avec soi-même, on reprend conscience de son unité. On est autant dans son ventre, dans son souffle que dans sa tête. En méditation on ne peut pas être pluriel : il n’y a plus celui qui observe et celui qui est observé, celui qui fait et celui qui juge, celui qui veut et celui qui rejette, etc. On ne fait qu’UN.

L’unité avec les autres

Il en est de même avec les autres. C’est en s’ouvrant à l’autre, en effaçant la séparation,  que nous pouvons le connaître. C’est par le contact que nous prenons conscience de l’autre dans sa réalité. C’est parce que nous le regardons, nous l’écoutons, nous le touchons et qu’il nous touche, physiquement et émotivement, que nous le connaissons. Sinon, nous nous contentons de poser un nom dessus : un homme, une femme, un jeune, un vieux, un noir, un blanc, un chinois, un juif, un musulman, un riche, un pauvre, un voisin, un étranger… Ce que nous connaissons de lui, c’est ce que nous partageons, c’ est ce que nous avons en commun, c’est ce qui nous UNI. Et c’est réciproque. L’autre devient une partie de nous, et nous devenons une partie de l’autre.

L’unité avec le monde

De la même façon, que savons-nous du monde sinon cette partie qui est en contact avec nous, que nous percevons, que nous ressentons ? Le monde n’existe pour nous (même s’il existe hors de nous) que parce que nous sommes en contact avec lui. Le monde n’est pas hors de nous, il est en nous, ne serait-ce que par l’air que l’on respire, l’eau que l’on  boit, les plantes que l’on mange, les photons de lumière qui nous traversent… Nous sommes unis vers l’uni, comme le chante si bien Michel Jonasz.

Garder le contact

La rencontre de la conscience et du monde matériel crée le phénomène et le phénomène est la seule réalité pour nous. En dehors de ce contact, ni la conscience ni le monde ne nous sont  accessibles. Qui y a-t-il réellement à l’intérieur de moi-même ? Je l’ignore. Qui y a-t-il réellement en dehors de moi-même ? Je l’ignore. Je ne suis rien qu’un bout de nature dans la Nature, qu’un bout de vie dans la Vie, qu’un bout de conscience dans la Conscience. Je ne suis rien, mais je suis autant que tout l’Univers. J’en fais partie et il est en moi.

Cette fine surface sensible entre mon corps et le monde est à l’origine de toutes mes perceptions,  mes sensations, mes pensées… La méditation  nous aide à retrouver ce contact et cette unité avec le monde et non, comme certains le croient, à nous en détacher.

 

2 Commentaires

Laissez votre avis